Maria Poblete, Celestin Freinet : Non à l’ennui à l’école !

Illustrations François Roca

Lu en novembre 2018.

Ce petit livre, lu d’une traite par désoeuvrement un jour où il n’y avait personne en magasin, propose d’expliquer sous la forme d’un journal intime de Freinet comment ce dernier a pensé et mis en place sa fameuse méthode pédagogique. La cible, il me semble, est le pré-ado, car l’écriture est tout de même relativement naïve. Je n’en dirais pas plus, l’intérêt est assez faible, mais il peut intéresser les plus curieux. Ou les libraires en manque d’inspiration quand il n’y a pas un chat.

Maria Poblete, Célestin Freinet : « Non à l’ennui à l’école », publié en août 2018 aux éditions Actes Sud Junior ISBN 9782330108311

Publicités

Anthony Sitruk, La vie brève de Jan Palach

Couverture

Lu en novembre 2018.

C’est un service de presse que j’ai pris sur l’étagère bien nommée « SP » (comme service de presse, forcément) car nous l’avions en magasin et qu’il faut bien savoir ce que l’on vend, pour bien le vendre, en parler, le conseiller, partager, bref pour faire son boulot correctement.

Dans son deuxième livre Anthony Sitruk revient sur les évènements qui mènent à l’immolation du jeune étudiant Jan Palach place de Venceslas à Prague en janvier 1969. En revenant sur les traces de cet étudiant qui « voulait réveiller les gens » l’auteur, qui s’est rendu sur place en janvier 2018, nous propose une enquête documentée, parfois romancée, qui se lit plutôt bien. Il serait faux d’affirmer que je n’ai pas apprécié cet ouvrage. Je l’ai lu, ai été émue, car la charge émotionnelle est palpable, néanmoins je trouve que pour parler d’un jeune qui, je le répète mais c’est important, »voulait réveiller les gens » cet essai reste mou, c’est fou avec un tel sujet ! Il ne propose pas de réel réflexion à part pendant une page ou deux vers la page 150, où l’auteur réfléchi à la culpabilité de celui qui ne fait rien. Celui qui ne s’immole pas, celui qui ne s’insurge pas du moins, celui qui peut-être se complaît de sa situation quand bien même le monde dans lequel il vit est insupportable tandis que d’autres ont cette flamme, si je puis me permettre. Vaste et passionnante reflexion qui, me semble-t-il aurait mérité un peu plus de place dans l’ouvrage.

Le dernier chapitre, ou l’épilogue, est lui très agréable. La différence avec le reste c’est qu’il est romancé.

Une lecture frustrante donc, j’aurais aimé un roman entier partant du dernier chapitre ET/OU plus de place à la question clé de l’ouvrage autour de cette culpabilité.

Anthony Sitruk, La vie brève de Jan Palach, publié en juin 2018 aux éditions Le dilettante ISBN 9782842639679

Se lancer.

plongeon.jpegBonjour !

Je me lance dans la grande aventure du blog littéraire, c’est le grand saut, alors bienvenu !

Le mot critique me fait un peu peur, pour le moment je préfère parler de retour ou de ressenti suite à une lecture. Je lis beaucoups un peu de tout, mais vraiment. J’essayerai alors d’organiser ça le plus simplement possible, que ça soit clair et lisible pour tout le monde, c’est-à-dire pour vous et aussi pour moi !

Mais qui suis-je pour permettre de vous proposer un tel contenu ? vous demandez-vous à juste titre (et si vous ne vous le demandez pas, vous êtes super chics, merci). Simplement une grande lectrice, j’aime lire, j’aime les histoires et surtout j’aime les partager. Un jour j’ai décidé d’allier le plaisir, la passion à l’utile, et comme ça, PAF, je suis devenue libraire. Utile pour moi parce que ça me permet de faire le travail de mes rêves ; et utile pour les autres parce que lire, donner envie de lire et en parler c’est une des aventures les plus stimulantes et passionantes dans la vie. Carrément.

Bref peu importe tout ça, est-ce qu’on est là pour parler de moi ou pour parler livre ? Non mais je vous le demande ! Alors trèves de bavardage et… c’est parti !